De premiers résultats très encourageants

Débutée en février 2016, l’étude Distro pour le retour de la consigne en Bretagne se poursuit. L’été est l’occasion de faire le point sur les premiers enseignements issus des travaux du premier semestre.
 

Un potentiel de 26 millions de bouteilles déjà identifié

Avant l’été, nous avons échangé avec les producteurs régionaux de boissons pour comprendre l’utilisation des bouteilles (approvisionnement, embouteillage, étiquetage, conditionnement). Ces contacts ont permis d’estimer les volumes et formats de bouteilles commercialisés sur le territoire breton. Le résultat conforte nos toutes premières estimations et confirme l’intérêt que pourrait avoir la consigne dans notre région.

Au total, 46 millions de bouteilles sont produites et consommées en Bretagne. 9 millions sont déjà consignées. 10 millions concernent des formats 25cL.

D’un point de vue économique, la consigne des bouteilles de 25cL peut être problématique. En effet, d’un côté le coût de fabrication d’une bouteille neuve est faible (le coût est très dépendant du poids et de la taille), et de l’autre le lavage qui est essentiellement un coût au « col » (laver une petite bouteille n’est pas beaucoup moins cher que laver une grande bouteille).

potentiel bouteilles verre consigne3 formats sont donc particulièrement visés et représentent près de 26 millions de bouteilles : 75cL pour le cidre, 33cL et 75cL pour la bière. L’étude a également permis de constater que les formes des bouteilles sont souvent proches voire identiques. La différenciation des produits par la forme des bouteilles n’est ainsi pas très marquée : par exemple, les bouteilles 33cL sont quasi-toutes sur un format dit « longneck », facilement reconnaissable par sa silhouette allongée et son « long cou ».

 
La conversion de ces chiffres en tonnage permet d’apporter un autre éclairage : ces 26 millions de bouteilles correspondent environ à 11 000 tonnes de déchets à recycler, soit environ 8% du tonnage total du verre collecté en 2014 sur la région Bretagne. Alors que les collectivités locales sont très engagées dans des politiques de réduction des déchets, la consigne se positionne ainsi comme une solution d’avenir.
 

La surprenante densité de producteurs de boissons

La Bretagne ne produit pas que du cidre. Cidre, bière, eaux, soda, limonade, jus de fruit et même embouteillage de vin, la production est très diverse et répartie sur l’ensemble du territoire. Le nombre d’acteurs est estimé entre 150 et 200. Porté par le nouvel essor des brasseries artisanales, ce nombre va croissant : chaque mois voit s’installer un nouvel acteur.

carte producteurs boissons bretagne
Sur la carte : cidriers (vert), brasseurs (orange), eaux (bleu), soda/limonade (rouge)

La consigne : une attente des consommateurs

Lors des échanges avec les producteurs, nous avons pu constaté que des initiatives locales de réemploi des bouteilles existaient encore. Et le retour est unanime : c’est une demande des consommateurs. Souvent, la consigne n’est présente qu’en vente directe chez le producteur et dans le circuit des Cafés Hôtels Restaurants.
Une enquête auprès de 500 bretons est en cours : les premiers résultats confirment le ressenti des producteurs, en attendant les résultats complets qui seront publiés en septembre.

75% des bretons achèteraient exclusivement en verre consigné à prix au litre identique.

Rapporter ses bouteilles vides n’effraie donc pas les consommateurs. Les travaux se poursuivent désormais pour rencontrer les distributeurs et voir comment répondre à ce nouvel élan pour la consigne.